Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr




Ban Ki-Moon: Go Home




La déclaration du Secrétaire Général de l’ONU à l’issue de sa récente tournée dans la région a soulevé, à juste titre, l’ire de l’ensemble du peuple marocain.




Le convoi du SG de l'ONU attaqué à jets de pierres par la jeunesse du camp dit "Smara"à Tindouf
Le convoi du SG de l'ONU attaqué à jets de pierres par la jeunesse du camp dit "Smara"à Tindouf
Qualifiant ses propos d’irresponsables, erratiques, « outrageux, et d’indulgence coupable avec un Etat fantoche, .. » qui « blessent les sentiments de l’ensemble du peuple marocain », le gouvernement du Maroc a vivement dénoncé la partialité de Ban Ki-Moon qui considère le territoire comme occupé et appelle à organiser un référendum d’autodétermination.

Ban Ki-Moon se place en dehors de la résolution du Conseil de Sécurité qui souligne que la proposition du Royaume du Maroc (faite en 2007 et qui consiste à doter la région d’une autonomie élargie) est une proposition « sérieuse et crédible ». Cette proposition est la seule solution réaliste après que les Nations-unies se soient rendues compte que la mise en œuvre d'un référendum est irréalisable du fait de la difficulté liée à la définition du corps électoral.

Ban Ki-Moon, prenant exemple sur l’ex-Secrétaire Général de l’OUA et s’inspirant de ses manigances dictées par Alger, cède lui aussi à la tentation à la veille de son départ. A croire que Ban Ki-Moon ne saisit pas les subtilités de la région et ses défis sécuritaires, ni compris les déclarations des hauts responsables onusiens qui l’ont précédé (Javier Perez De Cuellar, ex SG de l’ONU, Peter Van Walsum, ex représentant personnel du SG de l’ONU au Sahara…). Ce dernier a conclu que l’indépendance du Sahara n’est pas une option réaliste et que l’autonomie que propose le Royaume du Maroc est la solution idoine. En cela il a été rejoint par les représentants permanents au Conseil de Sécurité.

Si Ban Ki-Moon appelle à l’autodétermination, alors qu’il nous dise comment il s’y prendra et comment va-t-il se substituer au Conseil de Sécurité pour imposer sa propre solution.

Au poste de Secrétaire Général depuis janvier 2007, Ban Ki-Moon s'est complètement déjugé à quelques mois de son départ marquant dix années d'échec sur plusieurs dossiers.

Pourquoi ne parle-t-il pas de l’obligation de recenser les populations retenues et séquestrées dans les camps de Tindouf pour éviter les détournements scandaleux des aides humanitaires comme cela a été consigné par le rapport OLAF, le gendarme de l’Union européenne ? Pourquoi ne s’inquiète-t-il pas de la situation des droits de l’homme dans les camps de Tindouf ? Pourquoi ne s’interroge t-il pas sur le respect et l’exercice des règles de démocratie par les dirigeants en place depuis 40 ans ?

N’est-il pas non plus soucieux de la bonne gouvernance et des détournements-trafics des aides humanitaires destinées aux populations ? Ne pense t-il pas aux jeunes à l’horizon incertain et exposés aux appels insistants des terroristes qui infestent la région ?

A ce jour, plusieurs observateurs avertis, qui suivent objectivement et sans parti pris l’évolution du dossier, dénoncent la dérive du Secrétaire Général et indiquent que celui-ci torpille tous les efforts investis depuis plusieurs années pour résoudre ce différend.

Ils n’ont pas d’ailleurs hésité, comme M. Edouard GABRIEL (ex Ambassadeur des USA à Rabat), M. Gilles PARGNEAUX (Député Européen, Président du Groupe d’Amitié Europe Maroc), ou encore la France par la voix de son porte-parole, à s’en tenir à la substance de la résolution du Conseil de Sécurité qui consiste à élaborer une solution politique négociée et acceptée par les parties au conflit, tout en qualifiant la proposition marocaine d’une autonomie élargie de "sérieuse et crédible".

Ban Ki-Moon a perdu ses attributs de facilitateur, d’intermédiaire et d’impartialité. Il a perdu ses repères. Il n’a plus rien à faire au Maroc. Son manque de rigueur, sa vision tronquée et son tropisme pro-algérien ont scandalisé les Marocains.

La réponse à Ban Ki-moon est « Le Maroc est dans son Sahara et le Sahara est dans son Maroc » (Extrait du discours de SM le Roi Mohammed VI).

Tribune d'Omar Chiban
Membre du Conseil National du PAM
Vendredi 11 Mars 2016 - 21:51



Vendredi 11 Mars 2016 modifié le Dimanche 13 Mars 2016 - 22:43

Nouveau commentaire :
Twitter

France | Maghreb | Atlas Eco | Société | Sport | Culture & Médias | International | Religion | Environnement | Opinion | Décryptages | Informations légales | Sience & Santé | Lu dans la presse | Fil direct | Les indiscrets | Atlas des livres | Opinions | Entretiens