Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








Bagdad reprend aux Kurdes la quasi-totalité des champs pétroliers de Kirkouk


Mercredi 18 Octobre 2017 modifié le Samedi 21 Octobre 2017 - 10:56

Les troupes gouvernementales irakiennes ont désormais repris la quasi-totalité des champs pétroliers de la province de Kirkouk, après le retrait sans combattre des Peshmergas kurdes, ruinant les espoirs d'indépendance de la région autonome du Kurdistan, en plein marasme économique.




Bagdad reprend aux Kurdes la quasi-totalité des champs pétroliers de Kirkouk
Dans une première réaction, le président du Kurdistan irakien Massoud Barzani a mis la faute, sans le nommer, sur le parti rival, l'Union patriotique du Kurdistan (UPK), auquel appartient le président irakien Fouad Massoum. "Certaines personnes appartenant à un parti politique ont ouvert (...) la voie à cette attaque" dans la province de Kirkouk, a-t-il dit.

Selon des responsables, l'avancée des forces irakiennes a en effet été facilitée par le fait qu'une grande partie des peshmergas (combattants kurdes) de l'UPK se sont retirés de plein gré aux termes d'un accord avec Bagdad.

Depuis le début de l'opération il y a deux jours, les blindés ont avancé pour réimposer l'autorité du pouvoir central dans cette province du nord-est de l'Irak, où les combattants kurdes s'étaient installés en 2014 face à des troupes irakiennes alors en pleine débandade devant la percée du groupe Etat islamique (EI).

Mardi, les forces gouvernementales ont descendu les drapeaux kurdes hissés sur les bâtiments et postes de contrôle des deux principaux champs pétroliers, Bay Hassan et Havana, pour les remplacer par l'étendard irakien. Pour le colonel Ahmed Modhi, de la police nationale, la prise par les forces irakiennes de ces champs est un juste retour des choses. "C'est une richesse nationale, elle appartient à l'Irak", a-t-il dit à l'AFP. "La reprise (...) de l'ensemble des installations et des champs pétroliers, ainsi que des stations de pompage et des oléoducs de la province de Kirkouk et dans des zones dites disputées va permettre un retour à l'ordre", a réagi le ministre du pétrole, Jabbar al-Louaïbi.

Cinq des six champs de la province de Kirkouk sont désormais contrôlés par Bagdad, qui récupère une production potentielle de plus de 400.000 barils par jour. Les Kurdes, qui exportaient quelque 650.000 barils par jour, ne contrôlent plus qu'un champ mineur dans la région, celui de Khourmala, qui produit 10.000 barils par jour.

Pour le Premier ministre irakien Haider al-Abadi, le référendum d'indépendance kurde, tenu le 25 septembre et qui avait vu le "oui" l'emporter largement, "fait désormais partie du passé", de même que "son résultat". "L'autorité du pouvoir central doit être rétablie partout en Irak, je dois être équitable avec tous les citoyens", a-t-il ajouté, lors d'une conférence de presse.

Atlasinfo avec AFP
Mercredi 18 Octobre 2017 - 06:41





Nouveau commentaire :
Twitter