Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








Ayrault: Bachar El Assad sera jugé comme criminel de guerre


Jeudi 6 Avril 2017 modifié le Jeudi 6 Avril 2017 - 16:22

"Un jour viendra où la justice internationale se prononcera sur Bachar El Assad, qui massacre son peuple", a affirmé jeudi matin le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault.




Interrogé sur la chaîne d'information CNEWS, le chef de la diplomatie française a ajouté, évoquant la dernière attaque chimique présumée, imputée au régime de Damas : "Il ne faudra pas que ces crimes restent impunis. D'ailleurs il y a des enquêtes, des commissions des Nations Unies (...) Il y aura un procès comme criminel de guerre".

Évoquant les efforts engagés aux Nations Unies en vue d'obtenir le vote par le Conseil de sécurité d'une résolution condamnant cette attaque, qui a fait au moins 86 morts, dont 30 enfants, M. Ayrault a déclaré : "La France veut obtenir une résolution après ce qui s'est passé".

"C'est difficile, parce que jusqu'à présent, chaque fois que nous avons déposé une résolution, il y a eu le veto russe, parfois soutenu par le veto chinois (...) Mais il faut que l'on coopère, parce qu'il faut que ce massacre s'arrête", a-t-il ajouté.

"Il faut obtenir la condamnation des armes chimiques, et enquêter pour savoir ce qui s'est passé réellement, savoir qu'elles armes ont été utilisées, quelles substances, et faire en sorte que ça s'arrête", a poursuivi le ministre.

Réuni mercredi en urgence, le Conseil de sécurité de l'ONU a repoussé le vote d'une éventuelle résolution de condamnation, le temps pour les Occidentaux de négocier avec la Russie, soutien de Damas.

Ce texte présenté par Washington, Paris et Londres pourrait cependant être voté dès jeudi, selon des diplomates à l'ONU.

Moscou avait jugé "inacceptable" en l'état le projet de résolution condamnant cette attaque mardi contre la ville syrienne de Khan Cheikhoun.

Jeudi 6 Avril 2017 - 11:45

Atlasinfo (avec AFP)




Nouveau commentaire :
Twitter