Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Aubry demande à Hollande une "réorientation politique économique"


Dimanche 19 Octobre 2014 modifié le Lundi 20 Octobre 2014 - 08:23

Martine Aubry se rapproche des frondeurs et demande à François Hollande une "réorientation de la politique économique" dans un entretien au "Journal du dimanche".




La maire PS de Lille, Martine Aubry, appuie la démarche des députés PS frondeurs et demande à François Hollande et à Manuel Valls d'engager une "réorientation de la politique économique" et d'"emprunter le bon chemin dans les deux ans qui viennent", faute de quoi la gauche va "échouer" en 2017, dans un entretien au Journal du dimanche.

"Il nous faut trouver au plus vite le bon réglage des politiques économiques qui permettra de sortir la France de la crise. Et puis, il nous faut refaire de la politique (...) Regardons la vérité en face. La politique menée depuis deux ans, en France, comme presque partout ailleurs en Europe, s'est faite au détriment de la croissance", lance-t-elle en prônant "une nouvelle social-démocratie" et en réclamant d'en "finir avec les vieilles recettes libérales".

"La question n'est pas de renoncer à réduire les déficits (...) Il n'y a pas d'un côté les sérieux et de l'autre les laxistes. Mais je demande une inflexion de la politique entre la réduction des déficits et la croissance. Je demande qu'on réoriente la politique économique", lâche encore Martine Aubry en estimant qu'on "ne mobilise pas un pays sur la seule gestion financière" et qu'il faut "donner la destination du voyage".

L'ancienne ministre des Affaires sociales "propose de mieux cibler les aides aux entreprises sur celles qui sont exposées à la concurrence internationale, et sur celles qui investissent et embauchent", un "plan de soutien à la croissance, qui touche les ménages et les collectivités locales" ainsi qu'une "fusion" du CICE (crédit d'impôt compétitivité emploi) avec le crédit d'impôt recherche. "20 milliards d'euros peuvent et doivent être ainsi libérés sur les 41 milliards d'euros" en faveur des entreprises, exige-t-elle.

Dimanche 19 Octobre 2014 - 15:08

Avec AFP




Nouveau commentaire :
Twitter