Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Attentat de Nice: la policière municipale maintient ses accusations contre le ministère de l'Intérieur


Dimanche 24 Juillet 2016 modifié le Lundi 25 Juillet 2016 - 09:56

La policière municipale qui accuse le ministère de l'Intérieur d'avoir fait pression pour qu'elle modifie un rapport sur le dispositif de sécurité après l'attentat du 14 juillet à Nice a maintenu ce dimanche soir sur France info ses accusations.




Le ministre de l'Intérieur Bernard cazeneuve
Le ministre de l'Intérieur Bernard cazeneuve
La polémique sur le dispositif de sécurité du 14 juillet à Nice est montée d'un cran avec la plainte pour diffamation déposée par Bernard Cazeneuve après les déclarations d'une responsable de la police municipale faisant état de pressions du ministère de l'Intérieur pour l'amener à modifier un rapport.

Le ministre de l'Intérieur a démenti toute intervention de ses services, dénonçant "des accusations indignes", et s'en est pris aux responsables politiques locaux qui mettent en cause le gouvernement depuis l'attentat qui a fait 84 morts sur la promenade des Anglais.

"Ça fait maintenant dix jours que nous sommes quasiment quotidiennement confrontés à des attaques, des insinuations, des mensonges de la part d'un certain nombre de ceux qui à Nice exercent une responsabilité politique", a-t-il dit sur France 2.

Dans une interview au Journal du Dimanche, Sandra Bertin, chef du Centre de supervision urbain (CSU) de la ville de Nice, qui était en poste le 14 juillet au soir, indique qu'un représentant de la place Beauvau avec lequel elle a été mise en contact le lendemain de l'attaque lui a donné pour instruction de mentionner la présence de policiers nationaux sur les lieux.


La policière municipale Sandra Brtin
La policière municipale Sandra Brtin
"J'ai (...) eu affaire à une personne pressée qui m'a demandé un compte-rendu signalant les points de présence de la police municipale, les barrières, et de bien préciser que l'on voyait aussi la police nationale sur deux points dans le dispositif de sécurité", dit-elle.

"Or la police nationale était peut-être là, mais elle ne m'est pas apparue sur les vidéos. Cette personne m'a alors demandé d'envoyer par email une version modifiable du rapport", ajoute-t-elle.
Dimanche 24 Juillet 2016 - 21:19





Nouveau commentaire :
Twitter