Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








Attaque contre des militaires à Levallois: l'assaillant hospitalisé pas encore interrogé


Jeudi 10 Août 2017 modifié le Jeudi 10 Août 2017 - 16:40

Les enquêteurs cherchent toujours à s'assurer que l'homme interpellé mercredi sur l'A16 est bien l'assaillant de Levallois-Perret qui a blessé six militaires. La police française ne pouvait toujours pas interroger, jeudi, le suspect blessé par balles lors de son arrestation.




Attaque contre des militaires à Levallois: l'assaillant hospitalisé pas encore interrogé
L'assaillant présumé de Levallois-Perret, où six militaires de l'opération Sentinelle ont été fauchés mercredi matin, est toujours hospitalisé à Lille après son arrestation musclée sur l'autoroute A16. Des perquisitions ont été conduites à son domicile.

L'homme a 37 ans, est Algérien et, jusqu'à mercredi, était inconnu des services de renseignement français. Sa seule trace dans les fichiers de police : une infraction à la législation sur les étrangers, ce qui indique qu'il a dû se retrouver en situation irrégulière par le passé. Mais aujourd'hui, le suspect est apparemment en règle au regard de la loi. Les enquêteurs ont passé près de six heures à son domicile de Bezons, dans le Val-d'Oise, au troisième étage d'un petit immeuble bien entretenu de quatre étages, réputé calme, où l'individu vivait depuis un ou deux ans. Les policiers sont ressortis les bras chargés de sacs.

La police s'attache désormais à "exploiter les éléments" découverts lors des perquisitions effectuées mercredi à son domicile, en banlieue parisienne, et dans "d'autres points".

L'homme, qui aurait agi seul, avait foncé mercredi vers 08h00 (HL) avec son véhicule sur des militaires de l'opération Sentinelle en patrouille à Levallois-Perret (nord-ouest de Paris), en blessant six sans que le pronostic vital ne soit engagé pour aucun d'entre eux.

Suite à cette attaque, le parquet de Paris a ordonné l’ouverture d’une enquête en flagrance, notamment pour tentatives d'assassinats sur personnes dépositaires de l'autorité publique en lien avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle.

L’enquête a été confiée à la Direction régionale de la police judiciaire (DRPJ), à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Jeudi 10 Août 2017 - 12:44





Nouveau commentaire :
Twitter