Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Arrestation au Maroc d'un belgo-marocain directement lié aux attentats de Paris (officiel)


Lundi 18 Janvier 2016 modifié le Mardi 19 Janvier 2016 - 09:01




Le bureau central des investigations judiciaires (BCIJ) relevant de la Direction Générale de la Surveillance du Territoire (DGST) a réussi à arrêter, vendredi dernier à Mohammedia, un ressortissant belge d'origine marocaine en relation directe avec certains auteurs des attentats terroristes perpétrés en novembre dernier à Paris.

L'enquête en cours a révélé que le prévenu a voyagé en Syrie à partir de la Belgique en compagnie de l'un des kamikazes de Saint Denis (Paris) pour rejoindre, dans un premier temps, le ''Front Al-Nosra'' avant de rallier, par la suite, les rangs de l'organisation ''Daech'' où il a bénéficié d'entrainements militaires sur le maniement de différents types d'armes et sur les techniques de guérilla, avant d'être affecté sur l'un des fronts du conflit, indique un communiqué du ministère de l'Intérieur.

Lors de son séjour en Syrie, le mis en cause avait noué des liens étroits avec des dirigeants de Daech, dont le cerveau des attentats de Paris, et qui avaient menacé de lancer des attaques terroristes contre la France et la Belgique, souligne le communiqué.

Le prévenu avait, par la suite, quitté cette zone de conflit pour se rendre en Turquie, avant de se diriger vers l'Allemagne, puis la Belgique et rejoindre finalement le Royaume à partir des Pays Bas, précise la même source.

Le prévenu sera déféré devant la justice une fois achevée l'enquête supervisée par le parquet général compétent, conclut le communiqué.

Selon le parquet fédéral belge, il s'agit de Gelel Attar.

Il y a deux mois, un renseignement marocain a contribué à mettre les enquêteurs français sur la piste du Belgo-Marocain Abdelhamid Abaaoud, présenté comme le cerveau des attentats de Paris.

Abaaoud a été abattu le 18 novembre 2015 dans un assaut policier à Saint-Denis dans la banlieue parisienne.

Après son élimination, la Belgique avait aussi demandé au Maroc "une collaboration étroite et poussée en matière de renseignements et de sécurité" pour traquer des suspects impliqués dans les attentats de Paris ou préparant de nouvelles attaques.

Deux mois après les attentats de Paris, l'enquête se concentre plus que jamais en Belgique : quatre hommes restent traqués par les polices européennes dont Salah Abdeslam, un Français résidant en Belgique et trois des kamikazes restent à identifier.

Perpétrées par au moins neuf jihadistes répartis en trois commandos, les attentats à proximité du Stade de France, les rafales de tirs contre des clients attablés à des terrasses de café et la tuerie dans la salle de concerts du Bataclan à Paris, ont fait 130 morts et des centaines de blessés.

Lundi 18 Janvier 2016 - 17:51





Nouveau commentaire :
Twitter