Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Appel au viol de Rokhaya Diallo: Twitter refuse de dévoiler l'identité du twitteur


Samedi 22 Juin 2013 modifié le Samedi 22 Juin 2013 - 23:34

"C'est officiel @Twitter refuse de communiquer l'identité de la personne qui a appelé publiquement à mon viol à mon avocat Me Grossmann", a indiqué vendredi 21 juin l'auteure Rokhaya Diallo, sur ce même réseau social.




Appel au viol de Rokhaya Diallo:  Twitter refuse de dévoiler l'identité du twitteur
L'auteure et militante française antiraciste Rokhaya Diallo a reçu dans la nuit du vendredi 14 au samedi 15 juin un tweet d'un certain flnm93 appelant à son viol. Le compte a été fermé. Par le biais de son avocat, Rokhaya Diallo a demandé à la firme américaine, que soit dévoilée l'identité de " flnm93". En vain.

La militante a donc réaffirmé, vendredi sur Twitter, son intention de porter plainte contre X. Seule une décision de justice peut contraindre le groupe, en théorie, à donner ces informations.

Le 12 juin, Twitter a été débouté par la cour d'appel de Paris, qui a confirmé son obligation de communiquer à cinq associations de défense des droits de l'homme les informations concernant les auteurs de tweets racistes ou antisémites. Là encore, il était question d'appels haineux, diffusés en octobre 2012 sous les mots clés #unbonjuif et #unjuifmort.

Fin janvier, le tribunal de grande instance (TGI) de Paris avait déjà enjoint à Twitter de communiquer aux associations "les données en sa possession de nature à permettre l'identification de quiconque a contribué à la création de tweets manifestement illicites". En réponse, le réseau social avait assuré qu'il délivrerait les informations sous certaines conditions, notamment la délivrance d'une commission rogatoire internationale.

Ce refus de se plier à la législation française dépasse le cas des incitations à la haine. En mai, le site Village-Justice.com revenait sur le cas d'une plainte déposée en France pour usurpation d'identité sur le réseau social. "Si la société Twitter a spontanément supprimé le faux profil, elle a par contre refusé de communiquer à la victime l’identité de l’usurpateur", écrivait-il.

Samedi 22 Juin 2013 - 15:43





Nouveau commentaire :
Twitter