Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Anissa Delarue : «Je suis là pour défendre mon histoire et mon mariage»


Mercredi 10 Février 2016 modifié le Jeudi 11 Février 2016 - 16:38

La veuve du célèbre animateur décédé, Jean-Luc delarue, était entendue hier par le tribunal de grande instance de Paris. La chroniqueuse du Grand 8, Elisabeth Bost, avait demandé l'annulation du mariage du père de son fils Jean (âgé de 9 ans) avec sa compagne Anissa Khelifi, célébré en mai 2012 à Belle-Île-en-Mer, trois mois avant son décès d'un cancer de l'estomac.




Anissa Delarue : «Je suis là pour défendre mon histoire et mon mariage»
«J'ai été calomniée depuis trois ans, j'ai laissé faire jusqu'ici, mais on s'attaque aujourd'hui à un symbole. La ligne rouge a été franchie. Je suis là pour Jean-Luc, il faut respecter ses volontés. La prochaine étape, c'est quoi ? On va m'accuser d'homicide et dire que mon mari n'est pas mort d'un cancer?» Dans la salle d’audience du tribunal de grande instance de Paris, Anissa Delarue a tenu à mettre les choses au point hier comme le rapportent nos confrères du Point.

La semaine dernière, l’hebdomadaire révélait que trois et demi après le décès de Jean-Luc Delarue, son ex-compagne la chroniqueuse du Grand 8 Elisabeth Bost, avait demandé l'annulation du mariage du père de son fils Jean (âgé de 9 ans) avec sa compagne Anissa Khelifi, célébré en mai 2012 à Belle-Île-en-Mer, trois mois avant son décès d'un cancer de l'estomac.

«Dans sa plaidoirie, maître Wekstein (qui demande l'annulation du pacs, du mariage et du fameux testament de Jean-Luc Delarue) décrit un homme rongé par un cancer de l'estomac, la souffrance et la lourdeur des traitements subis, un état de faiblesse général qui aurait pu, selon elle, altérer ses facultés et le pousser à signer des documents officiels, relate Le Point. L’avocate va jusqu'à remettre en cause la "communauté de vie" du couple alors que le cancer de stade 4 dont souffrait Delarue l'obligeait à des séjours très réguliers à l'hôpital. Un argument qui vise à vider de sa substance le mariage conclu... Elle affirme même, d'après un témoignage, que Jean-Luc Delarue voulait repousser les noces, mais qu'Anissa aurait refusé.»

Par les voix de maître Szpiner et de l'ancien ministre François Baroin, la partie adverse s'est employée à convaincre le tribunal de débouter ces demandes indécentes et scandaleuses» et de condamner Élisabeth Bost pour «abus de droit».

«Monsieur Delarue n'était pas un pantin désarticulé sous l'emprise d'une sorte d'araignée qui exerçait de la magie noire»,a notamment ironisé maître Szpiner comme le révèle Le Point. L’avocat d’Anissa Delarue a terminé sa plaidoirie en dévoilant la lettre d'amour que Jean-Luc a déclamée à Anissa le jour de leur mariage, le 12 mai 2012. «Tu n'as pas connu mes meilleures années et pourtant tu m'as offert les miennes. Je t'aime d'un amour pur et éternel. Anissa, mon ange, mon cœur blanc, comme tu m'appelles souvent. Ma première et ma dernière femme ! »

Le jugement a été mis en délibéré au 15 mars prochain.
Mercredi 10 Février 2016 - 22:59

Source Gala




Nouveau commentaire :
Twitter