Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Amnesty International condamne la fermeture d'une chaîne TV algérienne opposée à Bouteflika


Mardi 18 Mars 2014 modifié le Mercredi 19 Mars 2014 - 19:24

Amnesty International a vivement dénoncé la "fermeture" de la chaîne de télévision privée algérienne Al Atlas TV et appelé le pouvoir algérien à revenir sur sa décision et permettre la réouverture de cette chaîne satellitaire.
Selon cette ONG internationale, basée à Londres, Al Atlas TV a été "sanctionnée pour ses critiques envers les autorités", précisant que cette chaîne de télévision a été ordonnée de fermer ses portes après la diffusion d'émissions très critiques à l'approche de l'élection présidentielle du 17 avril.




Amnesty International a également exhorté l'Algérie à ne "pas restreindre arbitrairement la libre circulation de l'information, et (à) veiller à ce que tout processus mis en place pour l'octroi de licences ou l'enregistrement des stations de télévision privées soit juste, transparent et respectueux de la liberté d'expression".

Plusieurs manifestations ont été organisées en Algérie, en Europe et en Amérique pour protester contre la candidature du président Abdelaziz Bouteflika pour un quatrième mandat.

Le weekend dernier, des militants des droits de l'Homme algériens et britanniques se sont rassemblés devant le siège du Consulat d'Alger à Londres pour protester contre la candidature du président Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 15 ans.

Les manifestants ont appelé les Algériens à boycotter le prochain scrutin présidentiel, qualifié de "mascarade électorale" et rejeté "le statu quo politique" en Algérie.

Ils ont aussi condamné les interventions musclées des forces de l'ordre algériennes pour museler les voix qui s'élèvent de plus en plus contre la candidature du président Bouteflika.

Selon les manifestants, la répression des militants associatifs et des citoyens qui expriment librement leur opposition à la candidature du président Bouteflika constitue "une grave atteinte et une violation à la liberté d'expression et de réunion".

Mardi 18 Mars 2014 - 18:08





Nouveau commentaire :
Twitter