Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Algérie: une quinzaine de blessés dans des heurts lors d'un meeting pro-Bouteflika à Bejaia


Dimanche 6 Avril 2014 modifié le Dimanche 6 Avril 2014 - 12:40

Une quinzaine de personnes, dont trois policiers, ont été blessées dans les heurts qui ont éclaté, samedi à Bejaia (180 km d'Alger), entre les forces de l'ordre et des manifestants opposés à la candidature du président algérien Abdelaziz Bouteflika au scrutin du 17 avril, rapporte l'agence APS.




Algérie: une quinzaine de blessés dans des heurts lors d'un meeting pro-Bouteflika à Bejaia
Des centaines de manifestants en colère avaient empêché la tenue d'un meeting qui devait être animé par Abdelmalek Sellal, directeur de campagne de M. Bouteflika, qui brigue un quatrième mandat à l'âge de 77 ans.

Les protestataires avaient encerclé avant de tenter de prendre d'assaut la maison de la culture de cette principale ville de Kabylie, qui devait abriter cette réunion électorale et où se trouvaient des partisans du président Bouteflika et des journalistes, évacués ensuite par les services de sécurité.

Les unités antiémeutes, qui ont essuyé des jets de pierre, ont utilisé des camions chasse-neige et tiré des gaz lacrymogène pour disperser des manifestants déchaînés, selon des vidéos diffusées sur Youtube.

Selon l'APS, des affrontements "sans répit" sont toujours en cours aux alentours de la maison de la culture et dans les rues adjacentes truffées de barricades, dans une tentative de la part des manifestants "d'atteindre de nouveau cet espace culturel phare de la ville pour l'incendier".

Réagissant à ces événements, M. Sellal, Premier ministre démissionnaire, a expliqué avoir préféré annuler le meeting pour "préserver la sécurité", soulignant que le peuple algérien "fait la distinction entre le bon grain et l'ivraie".

Il a affirmé que le meeting prévu dimanche à de Tizi Ouzou, chef-lieu de la Kabylie, était maintenu, précisant qu'il continuera à aller de l'avant.

Dans un entretien publié samedi par le journal "Aujourd'hui en France", l'ancien Premier ministre Ali Benflis, véritable challenger du président Bouteflika au prochain scrutin, a souligné que le peuple algérien "n'acceptera pas de se faire flouer" et qu'il y aura un mouvement pacifique de protestation si les élections sont truquées.
Dimanche 6 Avril 2014 - 08:15






1.Posté par alouan le 06/04/2014 08:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est plutôt le peuple algérien qui "fait la distinction entre le bon grain et l'ivraie".
monsieur sellal parle peut être des bon grains de sa famille nourrit au grain de SONATRAC ;et sa fait une sacré différence ,entre 100000 nourris au banania et 38 millions nourris avec l'oppression
l'avenir nous dira qui a pris du poid

Nouveau commentaire :
Twitter