Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Algérie: un troisième manifestant "atteint par balles" succombe à ses blessures à Touggourt


Lundi 1 Décembre 2014 modifié le Lundi 1 Décembre 2014 - 17:38




Un troisième manifestant "atteint par balles" dans les affrontements de Touggourt, à 600 km au sud d'Alger, a succombé, dimanche, à ses blessures, ont rapporté les médias locaux.

La nouvelle victime, un trentenaire touché au niveau de la poitrine, "a rendu l'âme au moment où des habitants de Touggourt s'apprêtaient à enterrer" les deux jeunes tombés dans les affrontements de vendredi dernier avec les forces de l'ordre, relate le site d'actualité +Algérie 1+.

Les mêmes sources précisent que le climat "reste tendu" dans cette localité en dépit des mesures prises par les autorités, notamment la libération des manifestants arrêtés, l'ouverture d'une enquête judiciaire et le limogeage de certains responsables locaux.

Au lendemain de ces graves événements, le ministre algérien de l'Intérieur Tayeb Belaiz s'était rendu à Ouargla, chef-lieu de la wilaya, afin d'apaiser la tension dans cette région, lourdement frappée par le chômage et la pauvreté, d'autant qu'elle a été le foyer d'un vaste mouvement de protestation sociale au printemps 2013.

Des partis politiques algériens ont condamné, ce week-end, "les meurtres" de manifestants à Touggourt, exigeant l'ouverture d'une enquête sur ces heurts à la lumière d'informations sur l'utilisation de "balles réelles".

"A des revendications sociales et légitimes, le pouvoir a réagi par des moyens répressifs qui contrastent extrêmement avec la contestation pacifique des jeunes qui étaient rassemblés pendant deux jours avant que la police n'intervienne", a notamment déploré le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD).

Pour la formation de centre-gauche, "ce déferlement de la violence des services de sécurité confirme l'incapacité du pouvoir à apporter des solutions aux attentes citoyennes et à anticiper sur des mouvements de protestation récurrents".

"Cette escalade de violence qui a conduit à l'irréparable appelle, quoi qu'il ressorte de l'enquête, à une prise de responsabilité des autorités dont le caractère despotique et l'incapacité à rompre avec les intérêts néolibéraux apparaissent à l'occasion de ces décès", a fait remarquer, de son côté, le Mouvement démocratique et social (MDS).

Lundi 1 Décembre 2014 - 17:36





Nouveau commentaire :
Twitter