Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Algérie: petit réthorique du "Qui décide"?


Mardi 11 Septembre 2012 modifié le Mardi 11 Septembre 2012 - 20:55




Question de fond qui interpelle les Algériens des cafés, les journaux, les ambassadeurs qui viennent de se faire accréditer et les historiens: qui gouverne vraiment l’Algérie ? La question se (re)pose car aujourd’hui il s’agit de commenter la désignation d’un nouveau premier ministre (Sellal) et d’une nouvelle (vieille) liste de ministres. Sitôt nommé, sitôt commenté : Sellal a-t-il de la marge entre un Président monarchiste, des ministres (intérieur, ancien moudjahiddines, Affaires étrangères, affaires religieuses et pétrole) qui ne dépendent pas de lui, sauf par politesse ? Qu’est-ce le Pouvoir d’un premier ministre et qu’est-ce que le Pouvoir ?

En général, la perception algérienne, marquée par le syndrome de la clandestinité post-guerre de Libération (cher à Benjamin Stora) voit dans l’Etat une société-écran qui cache le Pouvoir. Les ministres dépendent des colonels du DRS qui les «flanquent» éternellement. Le premier ministre dépend du Président qui le nomme. Le Président lui-même dépend de l’armée et des cercles qui l’ont ramené. Mais ces cercles dépendent du premier cercle du Président lui-même. Compliqué pour un ambassadeur japonais mais clair pour un fin rusé Algérien de Aïn-Infini: le Pouvoir est un ensemble de cercles (conseils d’administrations) mais aussi ce que Pr Addi Houari le sociologue appelle «une geste nationaliste» avec le mythe du tutorat sur le pays: (sans nous, c’est le chaos et la ruine et nous sommes propriétaires du pays parce que nous l’avons libéré et nous en sommes responsables et gardiens). Mystique du Tutorat et interdépendance entre centres de décisions. La conjonction des deux, vous donne la première clef pour comprendre le cas algérien.

En second ? L’architecture des cercles. En mode «couches d’oignons». C’est un peu ce que tout le monde mais chacun selon la liste de ses noms. Premier cercle (cercle D), celui des agitateurs, militants, affidés, clients…etc. C’est un peu le corps des appareils des partis de soutien, des associations affidées, des syndicats du régime, des micro-partis…etc. C’est un corps poreux qui fournit les électeurs dociles, les candidats «garantis», remplit les bus et les salles et pèse sur la ruralité algérienne et ses choix conservateurs. Ce corps donne aussi les députés, les majorités, les sénateurs (issus de la bourgeoisie rurale ou des appareils urbains), la société civile…etc. C’est là que le régime puise ses indicateurs et ses clients et s’habille de populisme et de popularité.

Ensuite vient le cercle «plus initié» des hauts cadres, SG de ministères, walis surtout,chefs de Daïra, fonctionnaires de secteurs stratégiques, patrons d’appareils, patrons de confréries, patrons d’affaires. C’est le cercle « C ». Là c’est la première interface entre le Pouvoir et son corps visible : on y retrouve des directeurs de banques et agences nationales, des patrons de Caisses, des Belkhadem, des Sidi Saïd, des ministres connus pour leur servilité et leurs prudences, des listes de walis. Certains patrons et hommes d’affaires algériens de grande importance. Dans ce corps, les vocations sont doubles : exécutives et politiques. Aux uns est donnée la mission de jouer les patrons «politiques», porte-paroles des tendances et des choix du Régime, aux autres celle de servir de prête-noms à des patrons occultes

(Depuis une décennie). C’est un peu une nouveauté que cette collusion patronats fictifs et vrais patrons occultes. Tel conseiller à la Présidence est alors patron d’un groupe de presse et d’une filière d’importation et d’une chaine TV mais c’est un autre qui le représente dans le monde des affaires et des facilités bancaires et foncières. Le Cercle «C» est maffieux, rentier, à moitié public, dangereux pour les siens (les purges et poursuites judiciaires y sont nombreuses) mais rentable.

Ensuite vient le cercle des représentants des représentants. Le cercle «B». Un peu la chambre des lords inconnus. Là, on retrouve les plus proches conseillers, la fratrie de la Présidence, des ministres « éternels » mais qui ont leur entrée, deux ou trois chefs de partis, d’anciens généraux, quelques ambassadeurs de la vieille heure d’autrefois. C’est le dernier cercle visible à l’œil nu avant le noyau dur, impossible à voir : celui du Conseil d’administration de l’Algérie.

La théorie de l’oignon

Le Cercle «A». Là, il ne s’agit pas d’une personne ou de deux. Pas uniquement le DRS ou la Présidence, mais d’une sorte de jeu d’équilibres, de cotations, de portefeuilles, de porteurs de fonds et de projets. Le Conseil n’est pas uniquement gouverné par la cupidité basse mais aussi par une vision pervertie de l’intérêt haut. On y retrouve des prénoms et un seul nom, «au nom de l’Algérie». On peut y être un moment et «échouer» et donc y être disgracié. On peut en sortir pour maladie, pour usure, pour lassitude. Le C.A est solidaire avec les siens, peut les mâcher, mais jamais les avaler selon le proverbe algérien. Peut se plier aux volontés d’un Président mais aussi le faire plier.

En fait, ce cercle ultime apparait surtout comme un « code de conduite », un cahier de charge, une vision, un mode d’être, une mystique mais aussi une appropriation. On y a conscience d’un intérêt collectif de groupe et le pouvoir de chacun s’y décide en fonction de sa capacité et de son aptitude à défendre cet intérêt et à se conformer à la vision mythologique que l’on s’y fait du Pouvoir et du tutorat. Historiquement, on peut rapprocher ce cercle de l’identité des janissaires turcs avant l’arrivée de la France et avec le pétrole en moins.

Son culte est la légitimité de chacun, pas la légitimité de l’Etat. Paradoxalement.

Ce cercle est-il libre et absolu ? Non, lui-même dépend, sans le dire ni se l’avouer de cercles internationaux plus larges, d’amis d’ailleurs, de tuteurs et de régions et zones d’influence.

On comprend alors pourquoi les Algériens ont regardé avec scepticisme le remplacement de Ouyahia par Sellal. Pourquoi ils se reposent la question «A quoi sert un gouvernement, vieux ou nouveau ?». Car les algériens ont l’obscure intuition de cette topographie du Pouvoir en Algérie. Du point de vue alimentaire, pour avoir un salaire et de la notabilité, il faut faire partir du cercle D. Pour avoir une assiette et un lot de terrain, il faut connaitre le cercle «C». Pour avoir un monopole d’importation, un gros crédit, une banque, un projet à l’ANDI, il faut se rapprocher du cercle «B». Pour avoir un contrat international stratégique, il faut avoirs des entrées au cercle «A». Sauf que les cercles ne sont pas hiérarchisés : les walis ne dépendent pas des ministres qui eux-mêmes ne dépendent pas tous de la présidence. Un député peut être élu par le cercle «D» mais aussi désigné par le Cercle «B» ou soutenu par le cercle «C». C’est un peu flou. C’est une dictature molle et décentralisée avec un Pouvoir hyper-centralisateur, dans les formes.

Vous n’avez pas bien compris ? Vous n’êtes donc pas algérien de souche.



Mardi 11 Septembre 2012 - 20:34

Kamel Daoud (Algérie-Focus)




Nouveau commentaire :
Twitter