Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Algérie: les réseaux sociaux bloqués pour éviter de nouvelles fuites des examens du bac


Dimanche 19 Juin 2016 modifié le Lundi 20 Juin 2016 - 12:05

Les autorités algériennes ont bloqué, samedi, les réseaux sociaux pour éviter de nouvelles fuites des examens du baccalauréat qui débuteront dimanche, après le scandale de tricherie lors de la session du début juin.




Les réseaux sociaux Facebook, Twitter et Instagram sont inaccessibles depuis samedi soir et la coupure va durer jusqu'au 23 juin, date de la fin des examens refaits après le scandale de fuite des examens lors de la session de mai (29 mai au 02 juin), rapportent les médias.

Même Viber et Skype ont été aussi bloqués par ce dispositif mis en place par le gouvernement pour contrecarrer toutes tentatives de triche et de fraude lors de ces épreuves du Baccalauréat. L’accès au moteur de recherche Google a été également fortement perturbé.

Face à l’ampleur des fuites, le gouvernement a pris la décision de refaire partiellement les épreuves dans sept matières, ainsi que l’ouverture d’une enquête qui a permis l’arrestation de quatre fonctionnaires du centre d’impression de l’office national des examens et concours.

Peu avant la coupure, la ministre algérienne de l’Éducation, Nouria Benghebrit, a appelé les candidats à ne pas consulter les réseaux sociaux à la veille des épreuves.

"En fait, c’est un appel à la résistance que je vous lance, un appel pour déjouer toutes les tentatives de perturbation", lance-t-elle avant d’insister sur la "vigilance de tous pour que toutes les consignes de sécurité puissent être respectées à la lettre, et à tous les niveaux".

Le scandale a été dénoncé au plus haut sommet de l’État, le premier ministre Abdelmalek Sellal qualifiant la fraude massive au bac d'"atteinte à la sécurité nationale".

Pour sa part, le directeur de cabinet de la présidence algérienne Ahmed Ouyahia a dénoncé un "complot" contre la ministre de l’Éducation, dont la démission a été revendiquée par des députés algériens.
Dimanche 19 Juin 2016 - 11:12





Nouveau commentaire :
Twitter