Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Algérie: le parquet dément toute enquête sur le fils du ministre de la Justice


Lundi 19 Juillet 2010 modifié le Mardi 20 Juillet 2010 - 10:26

Le parquet d'Oran a démenti lundi que le fils du ministre algérien de la Justice, Taïeb Belaïz, fasse l'objet d'investigations judiciaires pour présumé blanchiment d'argent de la drogue, comme l'indiquait le quotidien El Watan dans son édition




Le ministre algérien de la Justice Tayeb Belaiz (à gauchee)
Le ministre algérien de la Justice Tayeb Belaiz (à gauchee)
D'après les informations recueillies par le journal, un trafiquant de drogue aurait indiqué aux enquêteurs que l'argent de la drogue transitait sur le compte du fils du ministre, avant d'être blanchi grâce à l'achat de biens immobiliers.

Une vérification des comptes bancaires du fils du ministre auraient mis au jour "des sommes extrêmement importantes" dont il n'a pu justifier l'origine, ajoute le journal. Les enquêteurs auraient découvert 43 milliards de centimes dans le compte du jeune Bélaïz.

Dans un communiqué transmis à l'agence de presse Reuters, le parquet assure que le journal, qui ne cite pas ses sources mais est généralement bien informé, a en fait confondu le fils du ministre avec un homonyme de la région d'Oran, arrêté pour infractions liées au trafic de drogue.

Le procureur général auprès du tribunal d'Oran "dément formellement" toute implication ou mise en cause judiciaire visant le fils du ministre de la Justice.

Le magistrat « confirme qu'en aucun cas le nom du fils du ministre de la Justice (...) n'a fait l'objet ni de près ni de loin d'une implication ou de poursuite judiciaire (…) Il s'agit dans le cas d'espèce d'un homonyme (…) « un nommé Belaïz D (...) poursuivi et détenu depuis le 1er septembre 2009 pour des infractions liées au trafic de drogue », indique encore le procureur général.

Né dans la région de Maghnia, prés de Tlemcen, à l’Ouest d’Algérie, Tayeb Belaiz, 62 ans, a été nommé ministre de la Justice en 2003. Connu pour être un des proches du cercle présidentiel, Belaiz a occupé plusieurs fonctions comme magistrat à Oran et à Sidi Belabes ainsi qu'au sein de la Cour Suprême.

Ce nouveau scandale risque de fragiliser le ministre de la Justice dont le nom avait été cité dans le dossier Khalifa. En avril, M. Bélaïz avait été victime d'un malaise cardiaque, qui avait nécessité son hospitalisation à Paris.
Lundi 19 Juillet 2010 - 20:47





Nouveau commentaire :
Twitter