Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Algérie: le chef du groupe ayant égorgé Hervé Gourdel tué par l'armée


Mardi 23 Décembre 2014 modifié le Mardi 23 Décembre 2014 - 18:00




L'armée algérienne a abattu à l'est d'Alger le chef du groupe jihadiste Jund Al-Khalifa, qui a revendiqué en septembre l'enlèvement suivi de l'exécution du touriste français Hervé Gourdel, a affirmé mardi la chaîne Nahar TV.

Aucune confirmation de cette information n'a pu être immédiatement obtenue de source officielle.

Abdelmalek Gouri, dont le groupe a fait allégeance à l'organisation Etat islamique (EI), a été tué avec des deux autres jihadistes à Sidi Daoud, à 80 km à l'est d'Alger, dans le département de Boumerdès où il est né, selon Nahar TV.

D'après cette chaîne, les services de sécurité ont bien identifié son corps.

Samedi, l'armée algérienne avait annoncé avoir tué trois jihadistes lors d'une opération de ratissage à Sidi Daoud, précisant qu'il y avait parmi eux un "dangereux terroriste" recherché depuis 1995, date depuis laquelle Abdelmalek Gouri est recherché.

Des armes, une importante quantité de munitions et des explosifs ont notamment été saisis par l'armée lors de cette opération, selon le communiqué de l'armée diffusé samedi.

Le ministre de la Justice, Tayeb Louh, avait déjà fait état de la mort de deux autres membres de Jund al-Khalifa tués par l'armée le mois dernier.

Fin août, ce groupe avait annoncé avoir quitté Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), dénonçant sa "déviance", et faire allégeance à l'EI. Jund al-Khalifa est composé essentiellement d'anciens membres d'Aqmi actifs dans la région d'Alger et en Kabylie, selon une source sécuritaire.

Abdelmalek Gouri, alias Khaled Abou Souleimane, est un ancien bras droit du chef d'Aqmi, Abdelmalek Droukdel. Il faisait partie d'une phalange d'Aqmi à l'origine des attentats suicide contre le palais du gouvernement et un bâtiment de l'ONU en 2007 à Alger.

Khaled Abou Souleimane serait également derrière l'attaque qui a coûté la vie à 11 soldats en avril à Iboudrarène, dans la même zone où s'est produit l'enlèvement d'Hervé Gourdel.
Mardi 23 Décembre 2014 - 09:09

Avec AFP




Nouveau commentaire :
Twitter