Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Algérie: dénonçant des pressions de la part du gouvernement, des syndicats saisissent le BIT


Jeudi 28 Janvier 2016 modifié le Jeudi 28 Janvier 2016 - 09:10

Trois syndicats algériens ont dénoncé des pressions qu'ils subissent de la part du gouvernement, dans une requête adressé au Bureau international du Travail (BIT).




Dans une déclaration publique, le syndicat national autonome des travailleurs de l'électricité et du gaz (SNATEG), le syndicat national autonome du personnel de l'administration publique (SNAPAP) et le syndicat autonome des travailleurs de la poste (SNAP) affirment "subir des pressions fortes, une oppression plus forte encore et un abus caractérisé de la part du gouvernement algérien", accusant le ministère du travail de rester muet face à leurs nombreuses plaintes pour la protection des syndicalistes et la mise en œuvre de la convention internationale concernant la protection des délégués syndicaux.

Les trois syndicats dénoncent également la poursuite en justice "d'une manière injuste et arbitraire" de plusieurs syndicalistes, soulignant que ces griefs constituent une violation flagrante de l'accord international no135 portant sur la protection des droits syndicaux.

Pour étayer leurs accusations, les syndicats citent les exemples de trois délégués du SNATEG condamnés récemment à de fortes amendes du fait de leurs activités syndicales.

Ils accusent également le gouvernement algérien d'avoir violé explicitement la charte de l'organisation internationale du travail (OIT). "L'Etat a explicitement fait fi des recommandations du comité d'experts de l'OIT qui avaient recommandé à l'Algérie lors de la session de juin 2015, de réintégrer tous les travailleurs licenciés en application de la convention no 87 relative au droit syndical", arguent-ils en appelant le BIT à intervenir rapidement et avec rigueur en vue de faire respecter la dite charte.

Cette plainte intervient dans un contexte assez particulier où l'avant de projet de révision constitutionnelle est présenté comme "un modèle" en matière de libertés individuelles et syndicales.
Jeudi 28 Janvier 2016 - 09:10

Source MAP




Nouveau commentaire :
Twitter