Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Algérie: Said Bouteflika accusé de corruption, de trafic de drogue et de "perversion sexuelle"


Mardi 11 Février 2014 modifié le Mercredi 12 Février 2014 - 11:20

À deux mois de la présidentielle algérienne, anti et pro-Bouteflika s’affrontent de plus en plus violemment. Dans une lettre, un ex-agent du renseignement (DRS) accuse le frère du chef de l’État de "perversion sexuelle", trafic de drogue et corruption. Said Boutelika réplique à la missive de Hicham Aboud.




Dans une lettre adressée à Said Bouteflika pour les besoins d’un ouvrage qu’il entend consacrer à la famille Bouteflika, , Hicham Aboud, ancien propriétaire des quotidiens "Mon Journal" et "Djaridati", interdits de publication, demande au frère du président de lui apporter quelques éclaircissements sur des faits qui lui reprochés. Au premier rang des "informations" que Hicham Abourd aimerait recouper figurent celles portant sur des pratiques sexuelles (homosexualité, sado-masochisme) ainsi qu'une consommation excessive d’alcool et de stupéfiants. "Je vous demande de bien vouloir me fournir quelques explications sur ce sujet et n’estimez-vous pas qu’il y a quelque exagération de la part de certains témoins qui parlent de perversion sexuelle et de sadomasochisme dont vous seriez un fervent adepte ?" interroge, avec une innocence feinte, l’"écrivain-journaliste".

L’auteur de la lettre se fait ensuite l’écho de faits de corruption dont Saïd Bouteflika se serait rendu coupable. À en croire les personnes que Hicham Aboud dit avoir interrogées, le conseiller officieux du président serait impliqué dans tout ce que l’Algérie compte de scandales politico-financiers : l'affaire Sonatrach, celle de l'autoroute Est-Ouest, "et bien d’autres"…

Hicham Aboud accuse Saïd Bouteflika et son frère, le président Bouteflika, de disposer de 9 milliards de francs suisses (7,3 milliards d’euros) sur un compte helvète. "Une fortune qui proviendrait de la vente du pétrole algérien sur le marché noir international et du trafic de stupéfiants dont vous [Saïd Bouteflika] seriez l’un des plus gros bonnets", écrit Hicham Aboud. Puis de conclure, menaçant : "Sans réponse de votre part, je considère que toutes les informations recueillies et tous les témoignages sont exacts et ne souffrent aucune équivoque."

Saïd Bouteflika est sorti de son silence pour répondre à la missive que Hicham Aboud, cet ancien agent des services de renseignements (DRS), devenu patron de presse, lui a adressée.

"Les accusations portées dans cette lettre sont tellement graves qu’elles ne touchent plus uniquement à ma personne, mais portent atteinte à tout un peuple qui n’accepterait pas que le frère du président puisse avoir de tels comportements", déclare Saïd Bouteflika sur le site d’information algérien Tout sur l'Algérie (TSA) qui a publié, avec son feu vert la lettre de Hicham Aboud. Et d’ajouter : "Je ne vais pas me taire et je vais porter plainte contre Hicham Aboud que j’ai jamais eu à connaître (sic)."

Bien qu’Abdelaziz Bouteflika n’ait encore fait part de son intention de briguer un nouveau mandat à la tête de l’Algérie, la campagne pour la présidentielle d’avril promet d'être sanglante.


Hicham ABOUD
Hicham ABOUD
La semaine dernière, le secrétaire général controversé du FLN, Amar Saïdani, s'en est pris ouvertement au général Mohamed «Toufik» Mediene, 73 ans, patron des fameux «services» qui tirent en coulisses, depuis des décennies, les ficelles de la vie politique et économique du pays. Une première en Algérie. Certains y voyant un coup «tellement énorme» qu'ils parlent d'écran de fumée.

La bagarre des généraux. Ecran de fumée ou non, ce chef du Département du renseignement et de la sécurité (DRS), «faiseur de rois» que l'on dit hostile, cette fois, à un quatrième mandat de Bouteflika, s'est donc fait incendier publiquement par le patron de l'ex-parti unique FLN, dont «Boutef» est président d'honneur.

Le leader du FLN rappelle les failles dans la protection du président Mohamed Boudiaf assassiné en 1992, l'affaire des moines de Tibihirine, les atrocités et attentats suicides commis à Alger, l'attaque plus récente du site gazier de Ain Amennas, et aussi, une tentative d'assassinat du président Bouteflika à Batna, dont la presse algérienne n'avait pas fait état. «Toufik aurait dû démissionner après ces échecs», assure-t-il, réclamant aussi simplement son départ de la tête de ce département le plus craint des citoyens algériens.

Homme du sérail, Amar Saïdani est l'artisan du clan présidentiel ayant fait plié une trentaine de partis, dont certains ne sont pas ou quasiment pas connus du grand public, en faveur d'une nouveau mandat du président, même malade. Mais son tir contre le général de l'ombre, appelé simplement «Toufik», a trouvé l'écho attendu. A commencer par l'indéboulonnable général lui-même sorti de l'ombre pour la première fois, d'abord par des journaux locaux qui lui sont favorables. Un journal a osé ce titre en une «Quand un homo provoque un homme», pour évoquer les accusations du FLN envers «Toufik». Ce qui fit scandale à Alger. Témoignages en faveur de «Toufik», déclarations intempestives, du même calibre que celles du patron du FLN, contre le clan présidentiel. Et le général de l'ombre menace de porter plainte. Ambiance. La toile a pris le relais. Les deux clans, à chacun sa presse, balancent. Menacent. La campagne officielle ne commence que le 23 mars. Le scrutin aura lieu le 17 avril. Avec ou sans Bouteflika.


Mardi 11 Février 2014 - 13:22






1.Posté par filou le 12/02/2014 10:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et quand les internautes marocains dénonçaient cela sur les réseaux internet les lecteurs algériens nous traitaient de tout les noms d'oiseaux possible et imaginable. elle est belle l' Algérie donneuse de leçons de moral.

2.Posté par Cigare le 12/02/2014 11:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand les Algériens parlent de drogue en accusant les Marocains; il faut rester lucide, et se poser la question suivante: si les frontières sont fermées et verrouillées par l' armée algérienne? qui donc arrive a faire passer la drogue a l’insu de cette armée? si ce n'est cette armée algérienne elle même. Si les Algériens ne comprennent pas que leurs chefs sont corrompus c'est qu'ils n'ont rien compris et ne comprendront jamais rien.

3.Posté par Massakhit le 12/02/2014 13:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo le frère cadet du président de la république algérienne ! Quelle performance: trafic de drogue, corruption et tout le toutim ! Et dire que l'Algérie n'arrête pas d'accuser le Maroc d’inonder son pays de drogue alors que c'est au sommet de l’État algérien que le trafic de drogue est organisé... Ses scandales qui se suivent n'honorent pas l'Algérie, donneuse de leçons au monde entier et surtout à ses voisins. Quelle honte d'être gouvernés par une faune pareille. Et le pire est qu'avec Bouteflika ou pas, le système va perdurer. La présidentielle algérienne ne va révolutionner en rien le régime. C'est la continuité avec toujours la bénédiction du DRS...Quoi qu'en dise !

4.Posté par ould mahmoud le 12/02/2014 21:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'incite les algériens a continuer ainsi sur ce chemin et surtout ne rien changer non surtout pas un conseil d'un ami.

5.Posté par Samy le 12/02/2014 22:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Biens mal acquis ne profite qu' après. Said a suffisamment profité du poste de son frère boutef pour partir vivre au bahamas avec l' argent des pauvres Algériens.

6.Posté par VVVVVVV le 18/10/2015 17:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je souhaite que l'Algerie soit colonisée et toute cette racaille qui tient le pouvoir soit éliminée.

Nouveau commentaire :
Twitter