Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Alexandre Bompard tout près de France Télévisions

Le patron d’Europe 1 devrait succéder à Patrick de Carolis à la tête de France Télévisions.


Mardi 13 Avril 2010 modifié le Mardi 13 Avril 2010 - 12:15

La planète médias est dans tous ses états. Plus que jamais, un homme tient la corde dans la course au fauteuil de France Télévisions : Alexandre Bompard.




Alexandre Bompard tout près de France Télévisions
L’actuel patron d’Europe 1 aurait finalement été préféré à Christopher Baldelli, président du directoire de RTL, Rodolphe Belmer, patron de Canal +, ou encore Rémy Pflimlin, président de Presstalis, autres noms souvent évoqués pour prendre la tête du groupe public.

Mais de fumée blanche, point. Pressé de questions ce week-end, l’Elysée n’a pas confirmé. Au contraire : « Rien n’est fait, ce n’est pas le timing », jure Franck Louvrier, le Monsieur Com du Château.

Voilà pour la version officielle. Officieusement, le dossier serait bouclé depuis le milieu de la semaine dernière. Avec la nouvelle loi sur l’audiovisuel, tout dépend de Nicolas Sarkozy. C’est à lui qu’il revient de proposer au CSA le nom du futur patron de France Télévisions, avant que les commissions des affaires culturelles du Parlement et du Sénat n’avalisent son choix. Si tôt ? Patrick de Carolis et Patrice Duhamel, PDG et directeur général du groupe jusqu’en août, s’étaient pourtant entendus avec l’Elysée sur une échéance : le 7 juin, date butoir pour la négociation de la nouvelle convention collective régissant les salariés de France Télévisions.

Pourquoi, alors, accélérer le mouvement ? Ces derniers temps, il se disait que Nicolas Sarkozy était pressé d’en finir : le blocage dans le processus de vente de France Télévisions Publicité, dont le groupe devrait demander la suspension mardi lors d’un conseil d’administration, mais aussi les récentes remises en cause de la suppression de la pub avant 20 heures l’encourageaient à reprendre la main sur le dossier.

Soutenu par Alain Minc, un proche du président de la République, l’entrepreneur Stéphane Courbit et l’homme d’affaires Nicolas Bazire, Alexandre Bompard aurait pu être officiellement et rapidement intronisé. Jeudi, sur le plateau des Glières, Nicolas Sarkozy avait d’ailleurs vanté devant quelques journalistes le succès d’Europe 1, « une entreprise qui a su sortir de la crise ».

Le soir même, Alexandre Bompard annulait son voyage avec sa radio, le lendemain, à Bordeaux. Pour régler les derniers détails de son arrivée ? Parmi les futures recrues possibles, il aurait approché Jean-Pierre Cottet, l’ancien patron de France 2, pour être son directeur général, Ara Aprikian, le patron des programmes de Canal +, et Christophe Tardieu, un proche de l’ancienne ministre de la Culture Christine Albanel, pour le poste de secrétaire général. Problème : la nouvelle d’une toute proche arrivée de Bompard a fuité ce week-end. Depuis, cet énarque, ancien conseiller technique de François Fillon lorsque celui-ci était ministre des Affaires sociales et du Travail, et ex-directeur de cabinet de Bertrand Méheut à Canal +, se tait. Injoignable, il ne réagit pas aux bruits qui feraient de lui, à 38 ans, le plus jeune patron de France Télévisions de l’histoire. Même chose à Europe 1, où on ne s’autorise « aucun commentaire ».
Mardi 13 Avril 2010 - 12:07

D'après Le Parisien




Nouveau commentaire :
Twitter