Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Al Qods : ferme appel du Roi du Maroc


Samedi 31 Mars 2012 modifié le Samedi 31 Mars 2012 - 13:09




En sa qualité de Président du Comité Al Qods, le Roi du Maroc a une énième fois interpellé la communauté internationale sur la grave situation qui prévaut dans la ville sainte d’Al Qods.

Réagissant avec fermeté, le souverain marocain a adressé le 30 mars 2012 des missives aux dirigeants des cinq Etats membres du Conseil de Sécurité de l’ONU dans lesquelles il exprime sa grande préoccupation quant aux agissements des autorités israéliennes, en l'occurrence la construction illégale d'implantations à Al-Qods (Jérusalem-Est), l'escalade dans les fouilles et les opérations de démolition des maisons des citoyens, ainsi que les incursions répétées sur les esplanades de la Mosquée Al-Aqsa et les entraves à la liberté du culte.

Le Roi du Maroc a estimé que ces actes, constituaient des faits graves, qui ne pouvaient en aucun cas laisser indifférente la communauté internationale.

Le souverain marocain a affirmé de plus que la politique actuellement suivie par le gouvernement israélien vise essentiellement à oblitérer l'identité d'Al-Qods, tant arabo-islamique que chrétienne, à modifier son statut juridique et ses caractéristiques historiques, spirituelles et humaines tout en l'encerclant par des colonies afin de l'isoler de son environnement palestinien de Cisjordanie.

Outre les dirigeants des cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, le Roi du Maroc sollicite aussi l'action de personnalités marquantes à l'instar de Ban Ki-moon, Secrétaire Général des Nations Unies, de Herman Van Rompuy, Président du Conseil de l'Union Européenne et de Sa Sainteté le Pape Bénédicte XVI.

Cet appel du Souverain marocain aux Nations influentes de la Communauté internationale est d'autant plus fondé que ces pays assument une responsabilité considérable dans la promotion et la protection des valeurs de la paix et de la sécurité internationales et dans la cessation des actes qui les menacent.

Il s’inscrit dans une ligne de conduite cohérente du Royaume du Maroc et de sa position historique en faveur de la préservation de l'identité et du cachet authentique d'Al-Qods, en tant que site sacré pour les trois religions monothéistes, et de la défense des droits légitimes du peuple palestinien.

Il traduit le soutien infaillible que le Maroc a toujours apporté à la cause palestinienne. Cette démarche procède de l'attachement constant du Maroc à faire prévaloir le droit international et soutenir les justes causes, qui interpellent l'humanité, à leur tête la question palestinienne aux multiples dimensions politique, religieuse, humanitaire et civilisationnelle.

Ainsi donc, comme il est de coutume, le Maroc, sous la conduite clairvoyante de son Roi, ne peut que s'inscrire dans la fidélité à ses principes prônant la paix et la coexistence, et partant alerter sur la gravité de la situation à Al-Qods, d'autant que l'imposition du fait accompli par la force, a mis en garde le Souverain, ne fera que générer plus de tension, de violence et de désespoir.

De plus, il est à noter que l'engagement du Maroc en faveur de la cause palestinienne ne se limite pas à l'action politique et diplomatique, loin s'en faut, mais s'étend au volet humanitaire à travers le travail de l'Agence Bait Mal Al-Qods, qui, sous l'impulsion du souverain marocain, apporte un soutien de proximité en faveur des populations pâtissant de l'occupation.

Enfin, conscient du caractère emblématique de la ville d'Al-Qods, le Maroc s'est toujours attaché à prospecter des voies de règlement à cette question en faisant prévaloir les hautes valeurs humanistes, tel que le dialogue des civilisations et le rapprochement entre les religions, loin de toute vision belliciste et ethnocentriste.

C'est partant de la conviction profonde en ces idéaux de paix, que le Roi du Maroc appelle, dans ces lettres les membres permanents du Conseil de sécurité, les membres du Quartet et l'Autorité religieuse du Vatican, à entreprendre des démarches auprès du gouvernement israélien afin de l'amener à cesser tous les agissements contraires aux résolutions et aux conventions internationales pertinentes.

L'appel au Souverain pontife prend ainsi toute sa signification au regard de la vénération que vouent les croyants dans le monde entier à la Ville Sainte, berceau des religions monothéistes.

Samedi 31 Mars 2012 - 10:28

Par Farid Mnebhi