Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 







Affaire Fillon : le coût d'entretien exorbitant du manoir de Beaucé, fief du couple


Vendredi 10 Février 2017 modifié le Samedi 11 Février 2017 - 09:20

Entre 5.000 et 7.500 euros par mois : tel est, selon les estimations de Capital, le coût d’entretien du manoir de Beaucé à Solesmes, où réside le couple Fillon. Les salaires aujourd’hui reprochés à Penelope Fillon couvrent à 85 % ces coûteuses dépenses d’entretien.




Entretenir un château ? Un gouffre ! Le couple Fillon, propriétaire du manoir de Beaucé à Solesmes…. ou plutôt d’une « maison » comme il préfère le nommer en toute modestie (conférence de presse du 6 février dernier), en sait quelque chose. Excusez du peu. Nous parlons ici d’une bâtisse construite au XIVe siècle, agrandie au XVIIIe et au XIXe, de 1.100 mètres carrés habitables et qui comprendrait quelque 14 chambres, en plus d’une vaste salle à manger, salon, cuisine et arrière cuisine, 2 bibliothèques et un bureau. Cette demeure, érigée sur un terrain de 12 hectares, compte également une chapelle du XIXe siècle, 1.000 mètres carrés de dépendances, ainsi qu’une ferme qualifiée d’ « inhabitable » d’un peu moins de 1.000 mètres carrés.

L’ensemble a été acquis en 1993 pour 400.000 euros, auxquels il faut ajouter 300.000 euros de travaux. Aujourd’hui, le couple estime sa valeur sur le marché à 750.000 euros. Interrogé par Capital, un agent immobilier spécialiste de ce type de bien juge ce prix plutôt réaliste, compte tenu de sa localisation et de ses caractéristiques. Un chiffre également confirmé par les annonces de biens comparables dans l’ouest de la France que nous avons pu consulter sur internet.

Un coût d’entretien exorbitant

En dépit des apparences, la valeur du domaine de Beaucé (750.000 €) n’est donc pas sous-évaluée. Car « la clientèle ne se précipite plus aujourd’hui pour acheter ce type de bien au coût d’entretien exorbitant qui nécessite de disposer de revenus suffisants et réguliers », analyse un professionnel. Combien coûte donc l’entretien annuel d’un tel domaine ? Capital a posé la question à l’entourage de François Fillon… qui ne nous a pas répondu. Quant aux agents immobiliers de Sablé-sur-Sarthe que nous avons appelés, ils sont devenus soudainement muets face à nos questions.

Qu’à cela ne tienne. Pour commencer, nous nous sommes tournés vers des professionnels spécialisés pour lesquels le coût d’un tel manoir varie de 22.000 à 32.000 euros par an, incluant le chauffage, l’assurance, l’eau, l’électricité, les petites réparations (fenêtres, portes, petite maçonnerie, toiture…) et les impôts locaux. Soit une dépense moyenne de 2.250 euros mensuels.

Deuxième étape, nous nous sommes intéressés aux dépenses de personnel. Seule la présence d’un jardinier permanent nous a été confirmée par une source locale. Mais l’agence spécialisée Morgan Mallet International, spécialisée dans la recherche de main d’œuvre pour s’occuper de vastes domaines ou de châteaux, au vu de la description de la « maison » des Fillon, estime que 3 ou 4 personnes à plein temps sont nécessaires pour faire tourner la boutique toute l’année (ménage, lessive, repassage, cuisine, entretien des jardins et des arbres, etc…). Sur la base d’un salaire de près de 8 euros net de l’heure (1.800 euros de coût total pour l’employeur/mois), la note s’élèverait donc à 5.400 euros tous les mois pour l'emploi de 3 personnes. Il s’agit ici d’une hypothèse haute que certains propriétaires nuancent. « Les pièces de notre manoir de 800 mètres carrés ne sont pratiquement jamais toutes occupées, en particulier l’hiver », témoigne Armand (*), propriétaire d’un manoir en Bretagne. De plus, les dépenses varient selon que la famille au complet (ici sept personnes) y séjourne à l’année ou seulement quelques mois. Dans le cas d’une dépense plus maîtrisée, l’équivalent de 1,5 emploi à l’année paraît ainsi plus réaliste, ce qui revient à dépenser 2.700 euros tous les mois (32.400 euros à l’année).

Dépenses inconnues

Nous nous sommes limités à des frais courants pour ce type de manoir, bien que certaines questions restent en suspens. D’abord, comment le manoir a-t-il été payé ? Si l’achat et les travaux ont été financés à crédit, le couple a donc dû supporter pendant plusieurs années la charge de mensualités… qu’il conviendrait d’ajouter au budget mensuel imputable au manoir. Ensuite, le domaine comprend-il une piscine ? Qui s’occupe du cheval que Penelope Fillon exhibe fièrement dans Paris Match en août 2013 ? Enfin, quid des lourds travaux de rénovation qu’une telle bâtisse nécessite tous les 10 ou 20 ans ? Des travaux coûteux pour lesquels les Fillon devraient se passer d’avantages fiscaux (50 % de déduction), le manoir n’étant pas inscrit, ni classé monument historique. À titre d’exemple, refaire les murs extérieurs (rebouchage des trous et peinture) coûte au bas mot 30.000 euros (50.000 euros minimum avec de la maçonnerie et de l’enduit). Quant à la toiture, si les Fillon devaient la refaire, il leur serait difficile de trouver un devis à moins de 150.000 euros. Armand, notre propriétaire d’un château en Bretagne a, quant à lui, renoncé devant le devis de 300.000 euros que son couvreur lui a présenté.

À vos calculettes

Résumons. Si le train de vie du couple Fillon s’apparente à celui de châtelains qui ne se refusent rien avec du personnel en nombre suffisant (soit l’équivalent de 3 personnes à temps plein), ils consacrent alors environ 7.650 euros tous les mois (91.800 euros par an) en comptant les dépenses incompressibles de 2.250 euros/mois. En revanche, s’ils limitent les dépenses de personnel au minimum (soit l’équivalent de 1,5 emploi), la note totale descend alors à 4.950 euros par mois (59.400 euros par an).

Sur 15 ans, le manoir aurait englouti au moins 891.000 d’euros … Une dépense couverte à 85% par les revenus d’une attachée parlementaire, pigiste à ses heures à La Revue des Deux Mondes. En effet, le candidat Les Républicains à la présidentielle déclare que son épouse a perçu en moyenne 3.677 euros net mensuels entre avril 1986 à novembre 2013 (avec des mois d’interruption), pour un total cumulé d’un peu plus de 680.000 euros nets. Une somme rondelette à laquelle s’ajoute sa rémunération à la Revue des Deux Mondes en 2012 et 2013 que le Canard Enchaîné estime à 100.000 euros brut. Au final, Penelope Fillon aurait ainsi empoché 760.000 euros (net) environ. Et, pendant toutes ces années, le couple n’a pas cherché à se constituer un matelas confortable pour ses vieux jours. C’est ce qui ressort de l’examen de sa déclaration de patrimoine déposée auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique. Vu les revenus du foyer, force est de constater qu’il ne dispose pas d’actifs financiers ou immobiliers importants qu’il aurait pu logiquement accumuler, grâce un effort d’épargne régulier. Hors immobilier (principalement composé du manoir de Beaucé) et comptes courants, le patrimoine est en effet légèrement inférieur à 140.000 euros. Une misère pour des châtelains.

(*) Le prénom a été changé

Sylvain DESHAYES
Capital
Vendredi 10 Février 2017 - 18:19





Nouveau commentaire :
Twitter