Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








Affaire Ferrand : de nouvelles révélations accablent le ministre


Mardi 30 Mai 2017 modifié le Mardi 30 Mai 2017 - 12:19

Selon Mediapart, le ministre s'est pacsé en 2014 avec Sandrine Doucen, bénéficiaire de l'opération immobilière. Et son ex-femme a rénové les fameux locaux.




Le ministre de la Cohésion des territoires, Richard Ferrand, le 29 mai 2017, en visite à Deauville.
Le ministre de la Cohésion des territoires, Richard Ferrand, le 29 mai 2017, en visite à Deauville.
Ce sont de nouvelles informations qui mettent Richard Ferrand face à ses contradictions. La semaine dernière, le Canard enchaîné révélait que le fer de lance du mouvement La République en marche avait participé il y a quelques années à une opération immobilière extrêmement opaque. Alors que les Mutuelles de Bretagne, dont il était le directeur général jusqu'en 2012, étaient à la recherche de nouveaux locaux pour accueillir un centre de soins, Richard Ferrand avait lui-même acquis un immeuble en plein cœur de Brest.

L'homme, pas encore député, avait ainsi signé après d'un particulier un compromis de vente en décembre 2010, lequel prévoyait qu'une société civile immobilière (SCI), dirigée par sa compagne, Sandrine Doucen, le remplacerait bientôt. Richard Ferrand avait également fait inscrire dans le compromis que la vente ne serait valable qu'à la condition qu'un contrat de bail soit noué dans les prochaines semaines entre la SCI de sa compagne et... les Mutuelles de Bretagne.

Un pacs conclu en 2014 ?

Le 25 janvier 2011, tout se passe comme prévu : le conseil d'administration des Mutuelles, dont Ferrand ne fait pas partie, choisit l'offre de Sandrine Doucen, alors que sa société n'a pas encore d'existence légale, n'est pas immatriculée au greffe du tribunal de commerce, et n'est même pas encore propriétaire des locaux ! Un mois plus tard, le Crédit agricole finance 100 % de l'opération via un prêt de 400 000 euros environ, et les Mutuelles, en échange d'un loyer plus bas que le marché, acceptent de prendre à leur charge la rénovation des locaux à hauteur de 184 000 euros. Une transaction qui permet à la compagne de Richard Ferrand de réaliser une magnifique plus-value en quelques années à peine...

À l'époque, aucun commissaire aux comptes n'est saisi pour rédiger un rapport spécial. Interrogée par Le Parisien, la directrice actuelle des Mutuelles ne voit pas non plus le problème, aucun « lien juridique ni patrimonial » n'existant entre Sandrine Doucen et Richard Ferrand, affirme-t-elle. Sauf que selon Mediapart, les statuts de la SCI de Sandrine Doucen évoquent bel et bien un pacs conclu le 2 janvier 2014 entre cette dernière et Richard Ferrand. Si le régime matrimonial du couple n'est pas connu, cette information vient a minima contredire le ministre de la Cohésion des territoires, lorsqu'il affirmait lundi dans Le Parisien n'être « ni marié ni pacsé » avec celle qui partage sa vie.

La fille de Richard Ferrand possède une part dans la SCI

Autre révélation du site d'information en ligne qui tend à démontrer que Richard Ferrand était au moins indirectement intéressé par l'opération immobilière : sa fille, une collégienne de 13 ans, a acquis en février 2017 la seule part de la SCI qui n'était pas détenue par sa mère. Enfin, Mediapart explique également que la première épouse de Richard Ferrand, une artiste peintre installée en Bretagne, a été chargée de l'aménagement intérieur des locaux loués aux Mutuelles de Bretagne...

« Je réponds à vos questions afin de ne pas paraître m'y dérober. Mais ce serait un comble que vous évoquiez des relations avec mon ex-mari qui n'existent plus depuis longtemps, du fait d'anciens conflits personnels. (…) Je ne saurais vous dire si le fait que nous ayons été mariés a joué, je veux croire que c'est plutôt (…) mes compétences et la qualité de mes réalisations qui ont été déterminantes », a-t-elle confié à Mediapart.
Les mélanges de genres de Richard Ferrand

Selon Le Monde, qui publie mardi une longue enquête sur « les mélanges de genres » de Richard Ferrand, ce dernier a également embauché dès 2012 en tant qu'assistant parlementaire le compagnon de Joëlle Salaun, l'actuelle directrice des Mutuelles de Bretagne... Richard Ferrand, quant à lui, était parvenu à conserver un poste de chargé de mission aux Mutuelles de Bretagne, durant tout son mandat de député entre 2012 et 2017, contre une rémunération de 1 250 euros par mois. « Un échange de bons procédés ? » s'interroge le journal.

Le Point
Mardi 30 Mai 2017 - 11:44





Nouveau commentaire :
Twitter