Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Affaire Bettencourt : Nicolas Sarkozy de plus en plus visé dans la procédure


Mercredi 23 Mai 2012 modifié le Mercredi 23 Mai 2012 - 20:47

L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy est au cœur des préoccupations des juges en charge des dossiers Bettencourt, et son nom figure dans la procédure judiciaire suite à des indices pouvant suggérer un financement illicite de sa campagne présidentielle en 2007. C'est du moins ce qu'écrit le Monde de ce mercredi.




Affaire Bettencourt : Nicolas Sarkozy de plus en plus visé dans la procédure
Selon le quotidien, le juge d'instruction de Bordeaux Jean-Michel Gentil, dans un procès-verbal du 27 février, a versé à la procédure ouverte pour "abus de faiblesse" divers témoignages du personnel des Bettencourt, en ajoutant : "Disons faire le lien avec plusieurs dépositions de témoins faisant état d'une visite de Nicolas Sarkozy au domicile de Liliane Bettencourt pendant la campagne présidentielle de 2007".

Alors que depuis des mois sont révélées des concomitances entre des mouvements de fonds des Bettencourt supervisés par l'ancien gestionnaire de fortune Patrice de Maistre, et des rendez-vous, en pleine campagne électorale de 2007, de celui-ci avec l'ancien trésorier de l'UMP Eric Woerth - qui nie toute remise de fonds à ces occasions - le Monde publie des extraits des auditions de M. Woerth chez le juge en février. M. Woerth a été mis en examen les 8 et 9 février, notamment pour "recel".

Ses réponses semblent embarrassées. Sur un premier rendez-vous le 19 janvier 2007 où il rencontre M. de Maistre dans un café près du QG de campagne, il est incapable de citer la station de métro, alors "qu'il l'a empruntée tous les matins", ironise le juge. Et il aurait seulement "parlé de la campagne" qui commençait avec M. de Maistre.
Mercredi 23 Mai 2012 - 20:41






1.Posté par François BRUNEAU le 26/05/2012 16:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La condamnation de Jacques Chirac a créer un précédent. Aujourd'hui personne ne s'étonnera d'une éventuelle mise en examen de son successeur. Pour le bien de la Démocratie cela va sans dire...

Nouveau commentaire :
Twitter