Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Ados mannequins, jeunesse, gloire et beauté


Samedi 10 Juillet 2010 modifié le Samedi 10 Juillet 2010 - 11:30

La prestigieuse agence de mannequins Elite vient d’achever ses sélections régionales. En attendant la sélection nationale Elite Model Look qui aura lieu cet été, France-Soir a rencontré trois des dix finalistes du casting parisien.




Flavie (15 ans), Anouchka (17 ans) et Juliette (17 ans)
Flavie (15 ans), Anouchka (17 ans) et Juliette (17 ans)
Rendez-vous a été pris devant le Fouquet’s, sur les Champs-Elysées. Juliette, Flavie, toutes deux 15 ans, et Anouchka, 17 ans, sont en avance. Elles attendent sagement. Les jeunes beautés sont originaires de la région parisienne. Elles viennent de participer à la sélection qui a eu lieu aux Halles. Elles racontent. Le « stress », la « longue attente » pour faire partie des 600 jeunes filles admises à fouler le podium, puis la première sélection. « L’espoir ». « La joie » de faire partie des 50 jeunes filles qui finalement défilent devant le jury composé de professionnels. « La peur » : pas de répétition, aucun conseil. Puis la consécration. Etre l’une des dix élues, admises à participer à la grande finale nationale. Juliette, Flavie et Anouchka rayonnent. Elles ont réussi l’examen haut la main et sans aucun artifice : zéro maquillage, pas de brushing… Leur beauté naturelle et leur photogénie ont suffi pour décrocher les places tant convoitées.

Ingénuité et fierté

Anouchka, l’aînée des trois, mêle déjà savamment charme et mystère. Du haut de son 1,78 m, cette brune ténébreuse d’origine martiniquaise vient d’une petite ville de Seine-et-Marne. Grande voyageuse, elle a déjà posé le pied sur tous les continents. Subjuguée par New York, elle rêve désormais d’Australie. Fan de Lenny Kravitz, elle pratique la danse depuis des années : classique comme modern jazz. Malgré les épreuves anticipées du bac qu’elle doit passer le lendemain, elle n’a fait aucune difficulté pour accepter l’interview. Déjà très pro, elle est venue accompagnée de son fiancé. Une façon d’afficher que son cœur n’est donc plus à prendre, sans doute pour dissuader les dons Juans de rencontre. Comment vit-elle son physique avantageux ? « Je pense que c’est mieux que d’être commune… » lance-t-elle avec un mélange d’ingénuité et de fierté.

Juliette, elle, en impose, c’est le moins que l’on puisse dire. Du haut de ses 15 années et de son 1,85 m, la jeune fille est une de ces beautés froides dont la réserve impressionne. Yeux en amande, pommettes saillantes, le visage est parfaitement régulier. Passionnée de mode et de photographie, fan des collections d’Isabel Marant, cette Parisienne pur jus a suivi les traces de sa mère qui a, elle aussi, passé le concours Elite quelques années plus tôt. Tout comme Anouchka, elle rêve d’Australie : « C’est magique, c’est une bulle : il n’y a rien autour. » Savant mélange de naturel et d’assurance, la jeune fille a une magnifique prestance mais… hésite à sourire. Dommage pour ses interlocuteurs, mais bon point pour elle. La profession de mannequin n’impose-t-elle pas d’arborer un visage impavide en toutes circonstances. Elle, elle l’a.

Tâches de rousseur

Moins réservée malgré son jeune âge, Flavie a une beauté infantile, à la fois rustique et angélique. Yeux d’un bleu renversant, tignasse abondante, minois parsemé de tâches de rousseur gracieuses, la demoiselle est sans doute la plus souriante et avenante des trois. Venue de Courbevoie, dans les Hauts-de-Seine, elle avait déjà été sélectionnée l’année précédente, mais son jeune âge, 14 ans à ce moment-là, l’avait rapidement disqualifiée. Elle aussi a déjà croqué New York. Les Antilles également. Son rêve ? Le Kenya. « Un autre monde ». Probablement une aventurière précoce. Au programme cet été : un voyage linguistique à Los Angeles.

« Je ne deviendrai pas anorexique »

Qu’est-ce qui les pousse vers mannequinat ? Réponse collective : les voyages et les rencontres, bien plus que l’amour de la mode et des « fringues ». Si toutes ont, bien entendu, la taille fine et l’allure élancée, elles n’hésitent cependant pas à fustiger le diktat de la maigreur. Flavie l’affirme, tout de go : « Je ne deviendrai pas anorexique pour le mannequinat. ». Leur jeunesse s’imprime mal sur les clichés, qui les font paraître plus âgées, et aucune des trois ne sait de quoi sera fait son avenir. Nos trois figures de mode ont toujours l’insouciance précieuse de l’adolescence. Le 31 août prochain, elles seront peut-être choisies pour affronter de redoutables rivales à Shanghai, lors de la finale mondiale. Elles s’y préparent en sachant que le spectacle sera sublime et l’affrontement… impitoyable !


Audrey Minart, France-Soir
Samedi 10 Juillet 2010 - 11:26





Nouveau commentaire :
Twitter