Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Accusation en France contre un responsable marocain : la France demande que toute la lumière soit faite sur cet « incident regrettable »


Samedi 22 Février 2014 modifié le Dimanche 23 Février 2014 - 23:30

Le ministère français des Affaires étrangères a déploré samedi l'"incident regrettable" après la demande par une association française d'une audition en France du patron de DGST (Direction générale marocaine de la surveillance du territoire) pour des accusations sur une "prétendue complicité de torture" et pour la « procédure cavalière et contraire aux usages diplomatiques » qui avait été suivie dans cette affaire.




"En réponse à la demande des autorités marocaines, nous avons immédiatement demandé que toute la lumière soit faite, le plus rapidement possible, sur cet incident regrettable, dans l'esprit de l'amitié confiante qui lie la France et le Maroc", a indiqué dans un communiqué le porte-parole du ministère, Romain Nadal.

Le Maroc avait convoqué l'ambassadeur français après la venue jeudi chez l'ambassadeur marocain à Paris de sept policiers pour remettre la convocation de demande d'audition. un procédé jugé contraire aux usages diplomatiques en vigueur.

Un communiqué des Affaires étrangères publié ce samedi matin indique que la ministre déléguée Mbarka Bouaida avait convoqué, vendredi soir au siège du ministère, l'ambassadeur de France à Rabat, Charles Fries, "pour lui signifier la protestation vigoureuse du Royaume du Maroc, à la suite des informations faisant état d'une plainte contre le Directeur général de la surveillance du territoire (DGST) pour une prétendue complicité de torture au Maroc".

Après avoir rejeté "catégoriquement, aussi bien la procédure cavalière et contraire aux usages diplomatiques utilisée et davantage encore les cas judiciaires, sans fondements, évoqués", Mbarka Bouaida a même ajouté que "cet incident grave et inédit dans les relations entre les deux pays est de nature à porter atteinte au climat de confiance et de respect mutuel qui a, toujours, existé entre le Maroc et la France".

Le Maroc, un proche allié de la France, "exige avec insistance que des explications urgentes et précises soient données à cette démarche inadmissible et que les responsabilités soient identifiées", selon le communiqué.

L'association Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (Acat) avait demandé jeudi aux autorités françaises de profiter de la présence en France du patron de la DGST, Abdellatif Hammouchi, pour l'auditionner. Or des sources en France affirment que M. Hammouchi ne se trouvait pas à Paris parmi la délégation marocaine qui avait assisté à la réunion du G4, qui s'était tenue au ministère français de l'Intérieur.

Pour sa part, l'ambassade du Maroc en France a déploré vendredi « le recours au canal diplomatique a été délibérément ignoré" et exprimé « son étonnement face à l'absurdité de cette affaire, aussi bien au niveau de la procédure adoptée qu'au niveau des cas judiciaires évoqués".

"En effet, s'agissant de la procédure, la rapidité déconcertante avec laquelle cette affaire a été traitée, son mode de médiatisation, la violation des règles et usages diplomatiques universels et le non-respect des conventions entre les deux pays, suscitent de nombreuses interrogations sur les motivations réelles de cette affaire et ses véritables commanditaires", indique la représentation diplomatique marocaine dans un communiqué.

Ainsi, ajoute-t-on, "c'est par voie de presse que cette ambassade et le DGST ont appris l'existence de cette plainte et que sept policiers s'étaient rendus le même jour à la résidence de l'ambassadeur du Royaume du Maroc pour notifier une convocation émanant d'un juge d'instruction au DGST.

"Cette forte présence policière est intervenue curieusement à un moment où le ministre de l'Intérieur du Maroc, en visite officielle en France, était en réunion à la résidence avec plusieurs journalistes", indique l'ambassade pour qui "cette démarche est pour le moins inédite eu égard aux procédures de coopération judiciaires en vigueur entre le Maroc et la France, et couramment appliquées"

Samedi 22 Février 2014 - 19:29






1.Posté par Majd le 23/02/2014 00:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pas d'excuses ? Les liens forts entre la France et le Maroc méritent bien cela. Quand on offense un ami en règle général, on s'excuse.

2.Posté par Francaoui le 23/02/2014 01:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi nuire aux relations entre Rabat et Paris ? Les deux pays sont victimes d'un parasitage. Je ne suis pas partisan de la thèse de complot. Mais là, il y a quelque chose qui cloche dans tout ça !!!

3.Posté par Aurélien. Fay le 23/02/2014 02:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
VIVE LE MAROC ET VIVE LA FRANCE. PAS DE PLACE POUR LA ZIZANIE

4.Posté par Mared le 23/02/2014 02:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Depuis Washington, je salue la pérennité des relations franco-marocaines.

5.Posté par Gaïa le 23/02/2014 03:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Très bonne réaction du Maroc. il faut arrêter de se montrer conciliant mais la France restera toujours notre alliée la plus proche et un pays auquel nous sommes étroitement lié par une communauté de destin.

6.Posté par Rafy le 23/02/2014 12:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Arrêtons ce délire. la France et le Maroc sont liés par des liens forts. ce n'est qu'un nuage qui passera vite. On ne va pas parler de crise entre la France et le Maroc. Trop de liens notamment humains font que toute fâcherie est à écarter. En revanche une explication franche et respectueuse de la souveraineté du Maroc serait la bienvenue.

7.Posté par dz power le 23/02/2014 13:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vive la France vive le Maroc.

8.Posté par doors le 23/02/2014 13:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voilà un grand pays civilisé qui reconnait son erreur , ce qui n'est pas toujous le cas ailleurs !

9.Posté par Atlan le 23/02/2014 15:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cet incident est certes très regrettable car la procédure cavalière, je cite la ministre marocaine, n'a pas respecté la souveraineté du Maroc. Mais les liens entre les deux pays peuvent dépasser cet incident. je n'imagine pas un seul instant une crise entre les deux pays. je vis au Maroc depuis 17 ans avec ma petite famille. On se sent comme chez nous. L’extrême gentillesse des gens et l'hospitalité de ce pays ne sont pas usurpées. Mais les Marocains, il faut les respecter. Cela fait partie de leur savoir-vivre. C'est fin et subtil.

10.Posté par Lahsen le 24/02/2014 18:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi la France n’envoie pas des policiers au criminels de la famille Bush ou à bouteflika, et à son entourage qui détiennent , torturent et tuent des sahraouis dans le camps de concentration de Tindouf, et aux terroristes sionistes qui pilulent en France, et qui font le va et vient entre la France et la Palestine, et à bien d'autres criminnels de ce monde, y compris des français?

Nouveau commentaire :
Twitter