Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Accusation de financement libyen de la campagne Sarkozy 2007: "une infamie", dénonce le président


Dimanche 29 Avril 2012 modifié le Dimanche 29 Avril 2012 - 13:45




Accusation de financement libyen de la campagne Sarkozy 2007: "une infamie", dénonce le président
Nicolas Sarkozy a qualifié dimanche d'"infamie" et de "montage" les accusations du site Mediapart qui publie le fac-similé d'une note officielle du régime de Moammar Kadhafi, datée de décembre 2006, qui donnerait son accord de principe pour financer la campagne électorale du futur président en 2007, à hauteur de 50 millions d'euros.

"C'est un montage, c'est une infamie!", a dénoncé le président-candidat sur Canal+. "Mediapart est coutumier de mensonges", a-t-il dénoncé en accusant le site d'être "une officine (...) au service de qui? De la gauche".

D'après Mediapart, ce document daté du 10 décembre 2006 est signé de Moussa Koussa, alors chef des services secrets extérieurs libyens. Il est adressé à Bachir Saleh, directeur de cabinet du colonel Kadhafi et responsable du fonds souverain Libyan African Portfolio (LAP).

Le document, traduit de l'arabe, stipulerait ainsi: "En référence aux instructions émises par le bureau de liaison du Comité populaire général (gouvernement, NDLR) concernant l'approbation d'appuyer la campagne électorale du candidat aux élections présidentielles, M. Nicolas Sarkozy, pour un montant d'une valeur de cinquante millions d'euros". Et M. Koussa d'assurer qu'il allait transmettre et confirmer "l'accord de principe sur le sujet cité ci-dessus".

Dimanche 29 Avril 2012 - 13:22






1.Posté par Decrauze le 30/04/2012 15:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Avec cette affaire, le pompon du quinquennat est sorti. Du Fouquet’s, pour une entrée en fanfare, au pipeau tenté pour une sortie calamiteuse avec soupçon de financement nauséabond, le tour de piste s’assombrit. N’oublions pas qu’ayant au moins fréquenté de près les arcanes douteuses de la campagne de Balladur, il ne pouvait que faire montre d’une voracité tous azimuts pour atteindre le pouvoir suprême. Décidément, ce 1er Mai sera bien son dernier, comme Président. Cf. http://pamphletaire.blogspot.fr/2012/04/le-1er-mai-sera-son-dernier.html.

Nouveau commentaire :
Twitter