Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr




A la quête de soi: une jeunesse sans repères culturels


Par Nadia Kajjou, Chercheur


Le basculement des jeunes canadiens d’origine marocaine juifs et musulmans dans le radicalisme religieux est un fait sociologique récent mais fortement inquiétant. Il convient d’emblée de souligner que les influences étrangères auxquelles ces jeunes succombent viennent essentiellement de l’Europe de l’Est pour les uns et l’extrême et moyen orient pour les autres.




A la quête de soi: une jeunesse sans repères culturels
Toutefois, il est important de constater que cette poussée agressive d’influences négatives résulte d’un vide laissé par les institutions sociales et religieuses et certainement par les parents et leur désengagement vis-à-vis de leurs enfants et du rôle qu’ils ont à jouer auprès d’eux.

Trafic d’influence

Les jeunes les plus vulnérables proviennent généralement de milieux socialement, intellectuellement et économiquement défavorisés. Les parents sont généralement peu intégrés dans la société d’accueil et leurs liens affectifs et culturels avec le Maroc sont quasiment inexistants ou rompus.


Ces jeunes, sous l’influence des mouvements radicaux, épousent des traditions, des coutumes et des mœurs qui ne s’apparentent en rien ni à la société d’accueil ni à la société d’origine. Ils construisent des frontières dans les frontières. En l’occurrence, Ils se reconstituent un lien d’appartenance aussi superficiel et fictif soient-ils avec des sociétés de substitution et de réclusion se servant d’eux pour développer leur cercle et trafic d’influence dans le monde et servant ainsi leur intérêts politiques et idéologiques.

Ces jeunes rejettent leur identité marocaine et l’occulte. Ils s’accrochent à un ensemble de codes vestimentaires et comportementaux les rendant singulièrement visibles et provocants, limitent leur identité globale à une pseudo-identité religieuse les enfermant dans une sphère virtuelle qui n’est pas la leur. Ils se retrouvent sans repères réels, s’excluant culturellement et cultuellement du Maroc et socialement du Canada. A qui la responsabilité ?

Reconstruction identitaire

Qu’y a-t-il d’aussi séduisant chez cet autre venant d’ailleurs avec qui ces jeunes ne partagent ni leur histoire, ni leur culture, ni leurs traditions ? Qu’est ce qui favorise une telle alliance qu’à priori rien ne laisse prévoir?

Qu’est ce que ces jeunes ont envie d’entendre quand ils rejoignent des groupes radicaux, et pourquoi se sentent-ils bien à l’intérieur ? Est-ce un problème de communication ?


Si c’est le cas, il est urgent que rétablir les ponts et d’établir le dialogue avec ces jeunes d’origine marocaine pour leur rappeler qui sont-ils et d’où ils viennent. Rafraichir leur mémoire culturelle, religieuse et identitaire nécessite une prise de conscience, un engagement et un encadrement rapide de la part des institutions sociales, politiques et religieuses.


Un travail en profondeur est préconisé auprès des associations religieuses marocaines juives et musulmanes. Il est nécessaire de les encadrer et les fournir en information, formation et suivi.


Le Canada a le deuxième secteur sans but lucratif en importance dans le monde, conformément à l’Analyse comparative du secteur sans but lucratif et bénévole du Canada, qui rend compte du secteur dans 37 pays en fonction de la taille, de la portée et des dons. Parmi les organismes religieux enregistrés, plus de 40 % (32 000) sont confessionnels, ce qui inclut des lieux de culte, des clubs et d’autres formes d’association1

Il serait pertinent de profiter de cette opportunité et miser sur le capital social que peuvent générer ces structures !

La solution n’est sûrement pas immédiate pour ce genre de problème. Il faut concentrer les efforts pour que la jeunesse marocaine connaisse et reconnaisse son héritage culturel et cultuel et se l’approprie. Ainsi, elle sera mieux protégée contre l’idéologie radicale.


Le modèle de multiculturalisme canadien ne peut qu’aider dans ce sens et être un levier pour que la jeunesse marocaine, qu’elle soit juive ou musulmane, s’intègre mieux dans la société canadienne tout en conservant son identité marocaine. Car, le Canada se définit consciemment et officiellement comme un État multiculturel,

Pour le Canada, surmonter les obstacles de l’intégration et de l’inclusion, développer les possibilités d’engager la jeunesse canadienne d’origine marocaine dans la vie civique, économique, sociale et politique constituerait une grande entreprise nationale. Les politiques canadiennes sur l’intégration peuvent aider nos jeunes à s’engager dans leur milieu, à assumer et à vivre leur double identité en toute quiétude.

Pour la Maroc, aider les jeunes à se connaitre, reconnaitre et s’approprier leur identité est un défi considérable mais atteignable.

Pour faciliter ce processus, il va falloir que les représentants des associations marocaines juives et musulmanes au canada et les décideurs marocains conjuguent leurs efforts pour corriger et réformer les perspectives collectives cultuelles et culturelles de nos jeunes. Ceci pourrait se réaliser avec les actions suivantes :

Envoyer des prédicateurs marocains francophones et anglophones pour informer, former et orienter notre jeunesse; Rendre accessibles nos références cultuelles et culturelles en traduisant en français et en anglais des livres de base ; Intégrer la question de la femme et son rôle d’éducatrice dans la société dans le discours adressé à la jeunesse marocaine ; Encourager le dialogue interreligieux.


* Pour être pratique, une commission marocaine ou conjointe bi-confessionnelle composée de ressources qualifiées pourrait être crée pour lancer une étude plus approfondie du fléau, établir un diagnostic plus précis et par la suite proposer un plan d’action ciblé pour contrer le phénomène.


Dimanche 13 Juin 2010 - 23:59



Dimanche 13 Juin 2010 modifié le Mardi 15 Juin 2010 - 13:52

Nouveau commentaire :
Twitter

France | Maghreb | Atlas Eco | Société | Sport | Culture & Médias | International | Religion | Environnement | Opinion | Décryptages | Informations légales | Sience & Santé | Lu dans la presse | Fil direct | Les indiscrets | Atlas des livres | Opinions | Entretiens