Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




30 ans après, nouvelle marche contre le racisme le 30 novembre à Paris


Vendredi 15 Novembre 2013 modifié le Samedi 16 Novembre 2013 - 17:07




Marche des Beurs
Marche des Beurs
Les grandes associations antiracistes et centrales syndicales appellent à une marche à Paris le 30 novembre pour faire barrage au racisme, après les attaques visant notamment la ministre de la Justice Christiane Taubira.

Christiane Taubira a été comparée à un singe par le journal d'extrême droite Minute. Le Haut-commissariat des droits de l'Homme, une agence de l'ONU, a réagi vendredi et fermement condamné les attaques racistes contre la ministre française de la Justice Christiane Taubira.

Trente ans après la "Marche des Beurs", les organisations invitent les citoyens à être à l'initiative de marches semblables le même jour en métropole et Outre-mer. Elles précisent qu'il ne s'agit pas seulement de dénoncer les insultes adressées à la ministre de la Justice mais la montée du racisme observée selon elles ces derniers mois et dernières années.

Le texte est signé notamment par la Ligue des droits de l'Homme, SOS racisme, le Mrap, France terre d'asile, les syndicats CGT, CFDT, Unsa, FSU et des organisations étudiantes.

Des militants socialistes ont appelé à une marche des républicains le 8 décembre à Paris, mais les associations tenaient à organiser leur propre mobilisation.

Le 20 juin 1983, la police tire sur un jeune des Minguettes. L'incident, qui aurait pu dégénérer en émeute dans un climat de tension vive, lance la "Marche des Beurs", acte de naissance politique des enfants d'immigrés. Le 15 octobre 1983, un groupe de jeunes originaires du quartier des Minguettes, à Vénissieux (Rhône), étaient partis à pied de Marseille en direction de Paris à la manière des militants noirs américains des droits civiques des années 1960. Les marcheurs dénonçaient des pratiques policières discriminatoires et une justice à deux vitesses, alors que des Maghrébins étaient régulièrement victimes d'agressions, parfois mortelles.

Le 3 décembre 1983, les marcheurs avaient été accueillis à Paris par plus de 100.000 personnes.

Vendredi 15 Novembre 2013 - 19:08





Nouveau commentaire :
Twitter